Tous les articles par Julien

L’Odysuisse

Quand j’étais petit, en 2015, je croyais que les aventures à vélo ne se vivaient qu’avant de construire une famille. Seul on va vite, on va loin, on met les gros braquets et l’on s’arrête parfois tard au bout de l’effort sur le côté d’une route avec peu de charme.

Depuis, des kilomètres ont défilé sur le bitume, je suis devenu papa et j’ai appris à baisser la cadence. J’ai appris à mouliner pour ne pas surchauffer dans les montées avec une carriole accrochée au vélo, à préférer le calme d’une petite route plutôt que l’efficacité d’une autoroute.

Même si l’on n’est plus seul au guidon de sa vie, devenir parent ça n’est pas renoncer à ses rêves de liberté, c’est leur donner une autre dimension. Le vélo permet d’avancer dans le voyage à vitesse humaine, un bébé impose un rythme encore plus lent qui invite à ralentir le temps.

Quoi de mieux qu’un voyage en Suisse juste derrière la montagne pour prendre la mesure de ce temps qui s’écoule différemment?

Deux petites semaines de voyage à vélo à deux pas de la maison paraissent un grand mois de déconnexion.

En Suisse, nous avons découvert un grand maillage de jolis itinéraires balisés. Le long des lacs dans lesquels se déversent les montagnes enneigées, de belles plages d’herbe verte partout qui invitent à la baignade tant à la campagne qu’en centre ville.

Quel calme! Était-ce la mentalité là-bas, l’effet « bébé à bord » ou nos lunettes de vacanciers? Partout des sourires et des automobilistes attentifs au respect des vélos, un vrai bonheur.

Je ne peux que vous recommander le voyage en Suisse à vélo en famille ou en solo!

Infos pour les cyclo-voyageurs:

Contrairement à ce qui est souvent entendu, le camping sauvage est bien toléré en Suisse tout comme en France, à condition de monter la tente le soir et de la démonter le matin et, si besoin, en demandant au voisinage ou à l’éventuel propriétaire si l’on ne dérange pas. Quelques mots d’allemand sont alors bienvenus dans les régions alémaniques.

Avoir un bébé c’est aussi devoir planifier, une occasion rêvée pour rencontrer nos voisins Helvètes grâce à des warmshowers bien anticipés.

Pour ceux qui seraient en manque d’inspiration, voici notre itinéraire de quelques 500km de Genève à Zurich.

Ce site également très utile pour le vélo en Suisse qui nous a permis de voyager sans carte, uniquement en suivant les panneaux!

Covidus

Confinés chez nous sans manquer de rien, dans nos pays occidentaux bien équipés, nous ressentons aujourd’hui ce que la majorité des humains vivent au quotidien.

En Afrique, en Inde et dans de larges régions du monde, un besoin de réanimation signifie la plupart du temps la mort. Dans d’autres pays encore, confinés avec peu à manger, ce n’est pas le journal télévisé qui annonce les morts mais le bruit des bombes au dehors.

Cette crise grave qui emportera pour certains d’entre-nous un papy, une mamie, un papa ou une maman, est aussi porteuse d’un message d’espoir. L’espoir d’une prise de conscience, d’une reconnexion avec l’essentiel.

Espérons que quand nous sortirons, beaucoup comprendront mieux pourquoi certains fuient la guerre, la famine, le paludisme, ebola ou la tuberculose et qu’ils apprendront à les accueillir avec bienveillance dans nos contrées privilégiées.

Espérons que le stade de la course à la consommation se vide au profit de celui de la course contre le changement climatique. Nous voyons aujourd’hui que le politique peut prendre des mesures qu’on croyait impossibles. Laissons mourir l’aviation et faisons renaître les secteurs essentiels : la santé, le maraîchage, l’industrie des masques lavables et du papier toilette réutilisable.

Espérons que le centre du monde qu’on appelle aujourd’hui euro, dollar ou profit soit relocalisé autour d’initiatives citoyennes ayant pour but vivre, aimer et préserver.

Pendant ce confinement, sauvez des vies, restez chez vous.

Après le confinement, sauvez des vies, sortez à pied ou à vélo, créez des cycles, achetez l’essentiel en local et faites vous plaisir en consommant le bonheur d’être ensemble et de préserver notre belle planète pour l’offrir à vos enfants.

Notre-Dame brûle

Au point zéro des routes de France une Eglise brûle, le monde entier regarde et s’en émeut. Le milliardaires ont la larme à l’oeil devant ce patrimoine qui part en fumée. Plus loin sur ces mêmes routes pendant des mois certains ont cherché à être vus en portant des gilets fluorescents. Mais le destin de ces hommes et femmes aux contrats précaires et aux salaires de misère n’arrive pas à toucher le coeur de ceux qui les gouvernent. Cet hiver ils n’avaient parfois rien à brûler dans leurs cheminées et demain ils n’auront sûrement pas d’oeufs à chercher dans leurs jardins. Dans notre monde de l’image, la charité des puissants doit se voir sur écran géant. Hélas il n’y a pas de publicité pour la solidarité, ni d’exonération fiscale pour la fraternité. On salue les millions donnés pour une charpente mais l’on ne s’offusque pas des écarts de salaires qui font que certains n’ont pas même de toit.

Noël

Salut les copains,

Voilà cinq mois que je suis rentré à Lyon après un an d’un magnifique voyage de plus de 25 millions de mètres à vélo et presque autant de sourires donnés et reçus. En plus de m’apporter de belles images, ce voyage aura indéniablement éclairci ma paire de lunettes.
En cette période de préparatifs de Noël, j’avais envie de vous écrire un petit mot pour poursuivre l’élan de mon voyage.
Peut-être du fait du vent médiatique qui souffle sur notre quotidien, on s’agite un jour autour de la politique, le lendemain on a peur de ne pas avoir assez de croissance. Heureusement, on se réfugie dans des temples un « vendredi noir » pour prier des familles du Bangladesh de nous offrir une réduction de cinquante pourcents sur notre quatorzième jean…

Pendant un an je n’ai pas gagné d’argent et j’en ai dépensé très peu, je n’avais que ce que moi et mon vélo pouvions porter et j’étais le plus heureux. J’avais tellement de bonheur que j’avais l’impression d’en donner à tous ceux qui croisaient ma route. Je l’avais découvert cette énergie renouvelable et perpétuelle : c’était le sourire.

Aujourd’hui je suis de retour à la vie « normale », je suis toujours heureux d’ouvrir chaque jour une nouvelle page de ce roman d’aventure qu’est la vie et je me prends même parfois à relire avec plaisir une page de l’année dernière. Il y a des moments moins heureux, il y a des passages ennuyeux, mais ça ne change pas le fil conducteur qu’est le bonheur.

Pour Noël offrez du renouvelable, offrez des sourires et des souvenirs qui, bien plus que des babioles en plastique de Chine, ne pourront pas être perdus, volés, usés ou jetés à la mer. Soyez heureux et aidez ceux qui ne le sont pas à l’être, redonnez de l’esprit à Noël.

Julien

USA, la dernière vidéo sur le continent américain

Salut les copains,

Ca y est c’est la fin de ce périple sur les routes du continent américain. Demain je m’envole pour l’Europe c’est non sans émotion que je vous envoie ce dernier petit message vidéo depuis l’autre côté de l’Atlantique!
Enfin, j’ai encore à parcourir quelques 700km d’épilogue entre Barcelone et Lyon alors c’est pas la dernière des dernières vidéos non plus 😉

A tchao!

PS: je vous mets aussi quelques photos en dessous 😉